Histoire de boutons et de pantalons

Comment les femmes en sont-elles venues à porter les pantalons ? On sait que pendant longtemps, les femmes ne pouvaient pas en porter, sous peine de préjudice social et de condamnation. Bien au contraire, une femme digne de ce nom se devait de porter un jupon ! L’actrice Katharine Hepburn est une de celles qui, vers les années 1930, a osé se lever contre les règles patriarcales et porter le pantalon. Nul besoin de vous dire que celle-ci ne fut pas applaudie et soutenue par tous (et malheureusement, par toutes).

Annex-Hepburn-Katharine-Philadelphia-Story-The_25-600x636

À la fin des années 1800, la société accepte finalement que les femmes puissent porter cette pièce de vêtement maudite, seulement si elles sont sur une bicyclette ou à cheval (alléluia !). C’est dans les années 1960 que le fameux designer, Yves Saint-Laurent, a présenté pour la première fois une paire de pantalon féminin, et ce, dans un but purement esthétique (Il fallait bien que ce soit YSL, notre sauveur !). Et le reste s’ensuivit.

Passons à une histoire de boutons. Avez-vous déjà remarqué que les boutons des vêtements féminins ne sont pas du même côté que ceux des hommes ? Eh oui, on boutonne nos chemises et nos pantalons du côté inverse. Cette manie nous vient de loin. Les boutons des hommes sont historiquement placés à droite et ce, dû aux tenues des grandes épopées (oui, oui, je parle de celles de capes et d’épées). Les hommes devaient ouvrir leurs vêtements à gauche afin de dégainer. Quant aux femmes, les boutons se situent à gauche, à l’inverse des hommes. Les femmes étant habillées par leurs servantes, le boutonnage inversé leur facilitait le travail. On peut dire que ça nous sert encore : ça permet à notre partenaire de se sentir habile lorsqu’il ou elle retire nos vêtements (d’ailleurs, on pourrait revendiquer les agrafes inversées sur le soutien-gorge… hihi).

tumblr_nbtzkmwH2s1re6b50o1_500

Ce billet a d’abord été publié sur le site Apéro & Co. 

img_0016-3Laurence

Laurence est cofondatrice de Mlle Frivole. Artiste dans l’âme, elle a toujours eu le besoin d’exprimer sa créativité. Petite, elle écrivait des romans pour extérioriser ses idées. Aujourd’hui, Laurence répond à sa fibre créatrice avec Mlle Frivole. Passionnée de mode et de beauté, elle se tient à la page des nouvelles tendances et scrute de près le domaine. Girly et adorable, Laurence donne le sourire à toutes ses clientes. N’hésitez pas à lui faire des demandes spéciales, elle vous dénichera la perle rare lors de ses séances de magasinage.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *